Skip to main content

En été: la récolte se prépare

La pomme, fruit de bonne garde ?

bio_Astracan-5961 bio_Belle-Josephine-8174

bio_Api-Etoilee-7869

Intéressant pour sa rusticité et sa production généreuse de pommes ; compagnon de l'homme agraire qui l'a nourri et abreuvé depuis la nuit des temps, le pommier s'impose traditionnellement dans un verger familial.

bio_Chailleux-3427 bio_Belle-inconnue-1792

Si la récolte a été abondante, comment conserver toutes les qualités organoleptiques d'une pomme ?

bio_Grand-alex-de-savoie-0927bio_Nouvelle-France-3418

Grand Alexandre                  et                 Nouvelle France

Epidermes lisses ci-dessus     et     rugueux à très rugueux ci-dessous.

Patte-de-loup_w_2458

Patte de Loup

bio_Coutras-des-pyrenees-002

Reinette grise

La pomme est riche en nutriments et en eau. C'est la conservation de son eau qui pose problème. L'épiderme est plus ou moins poreux, quelques variétés de bonne garde deviennent huileuses sur leur pourtour et résistent mieux au vieillissement. Le pédoncule d'une pomme (qui est son canal nourricier), est relié à la chair par des vaisseaux fibreux qui rejoignent , à l'opposé, l'oeil du fruit. Ce sont les vaisseaux sépalaires. Ces derniers drainent vers l'extérieur l'humidité interne. Autrefois on obturait à la cire la queue des fruits de luxe.

On sait que l'habitat moderne ne se prête guère à prolonger de plusieurs mois une récolte. Heureusement, certaines variétés de terroir qui nous ont été léguées, produisent des fruits de longue conservation capables d'être gardés pendant des mois sans même connaître la chambre froide. Les Croqueurs de pommes les connaissent et veillent depuis plus de trente ans sur ce patrimoine génétique menacé de toutes parts. Ils créent des vergers conservatoire et de collection fruitières dans presque tout l'hexagone où ils sont présents.

CARTE-CROQUEURS-Almanach-2012

Les projets sur le région Ile de France, particulièrement dans le département 91

C'est un peu plus facile depuis le « Grenelle de l'Environnement », et un certain nombre d'élus de l'Essonne et d'ailleurs s'engagent vers des projets gonflés par le courant de sève de la biodiversité et du Développement Durable.

Dans notre département la commune de Fontenay les Briis par son projet d'intégration avec le PNR Haute vallée de Chevreuse, va créer l'automne prochain un verger de 3800 m2 , probablement inspirée par la commune voisine de Cernay la Ville qui s'est dotée en 2010 d'un verger de 1500 m2. Les Croqueurs de pommes y assurent les principales techniques culturales et la formation des jardiniers communaux. Celui de Longjumeau est important avec ses 6000 m2 .

Verger pédagogique, véritable lieu de conservation de la biodiversité, il est intéressant à plusieurs titres notamment par la diversité des espèces fruitières installées : abricotiers, pêchers, pruniers, cerisiers, pommiers, poiriers, nashis, figuiers, de nombreux petits fruits rouges et de la vigne. Un rucher comportant plusieurs colonies d'abeilles y est intégré, assurant la pollinisation.

La Communauté d' agglomération Sénart Val de Seine a crée depuis 3 ans une Maison de l'Environnement à Montgeron dont le parc est complanté d'un verger.

Des cours d'arboriculture sont ouverts au public, ravi d'acquérir des connaissances en technique de taille surtout de la délicate conduite des palmettes.

Le domaine de Montauger (Lisses) en plus d'un immense verger enserre entre ses murs couverts de jeunes vignes des trésors de diversité végétale dans ses « milieux humides » des Espaces Naturels Sensibles.

Le domaine départemental de Chamarande a restauré son verger.

La sauvegarde des variétés de fruits, va plus loin que la seule préservation du patrimoine génétique.

Elle nous renseigne sur l' histoire, les usages, les recettes et les cultures de notre région.

Verger-de-Longjumeau-3473

Verger de Longjumeau

bio_Mac-Intosh-6066

La dernière averse est encore  là !  Attendre qu'il ressuie avant de conserver ce fruit.

Comment conserver ses pommes.

Dans votre sous-sol, recherchez une partie sombre, fraîche, ventilée, exempte d'odeur de fioul,

elle mérite d'être isolée pour créer un fruitier. Pensez à vous protéger des rongeurs.

L'hygrométrie doit-être idéalement proche de 80 % pour retarder le flétrissement.

Un renouvellement de l'air une fois par semaine s'avère impératif pour évacuer l'éthylène dégagé par les fruits.

Dommage, ça sent si bon dans un fruitier !

Voici quelques pommes de grande conservation : Belle de Pontoise, la francilienne ; Maiapfel l'alsacienne ; Belle de Boskoop, la nordiste ; Reinette du Mans, la sarthoise ; Jolibois, la bourguignone ; pomme De Coudre, la percheronne ; Granny Smith l'australienne,

De L'estre, la pomme emblématique du Limousin, aux multiples synonymes : Sainte-Germaine en Ile de France, de Comte en Auvergne, reinette de Brive en Corrèze.

Pour les pommes de bonne conservation voir aussi : le tableau des pommes préférées d'Ile de France

bio_Mac-Intosh-0938

Le geai puis la guêpe avant la conservation en cave ..... !

Soyez complice de la nature, elle vous le rendra.

bio_Marie-Madeleine-3520 Faros bio_Coutras-des-pyrenees-002

Claude OLLIVIER


Auteur  : Claude Ollivier      Texte publié dans le Magazine le Républicain de l' Essonne    Juillet 2011  , sous la rubrique Jardin.
Photos  H Fourey   08/2011    Tous droits  réservés